top of page

A propos de Karlfried Graf Dürckheim (vidéo)


"[...] Le nerf de sa pensée, c'est que l'Homme est passé à côté de sa vie: il porte au fond de lui-même une lumière qu'il ne connaît pas et il est appelé à un éveil comme l'appelle d'ailleurs toute la tradition extrême orientale et qu'on reconnaît bien dans la tradition chrétienne, en particulier dans l'Évangile et Saint-Paul qui n'arrête pas de dire "réveillez-vous, le temps est

 là, ne dormez plus! Ne passez pas à côté de la vie, comme on l'a dit la dernière fois, sautez hors de cette vieille vie et devenez l'homme nouveau qui vous appelle Ce paradis perdu, il n'est pas si perdu que cela, nous nous sommes éloignés de lui mais il est au fond de nous et c'est voilé depuis ce qu'on appelle la chute, le détournement de nos premiers parents dont nous sommes les héritiers. Cette lumière que nous portons en nous et qui s'appelle le Saint Nom, le germe Divin que Dieu a déposé en nous est voilé, la lumière est voilée. Alors ce qu'on retrouve un peu partout dans son œuvre et qui rejoint si profondément la grande tradition chrétienne, c'est que l'Homme, parce qu'il s'est éloigné de lui-même, de son identité profonde et donc de la source qui est en lui fait qu’il est dans un état de nostalgie, il y a quelque chose dans l'Homme qui le pousse à une recherche toujours insatisfaite, il ne sait pas de quoi il s'agit cette espèce d'aspiration vers quelque chose d'inconnu cette grande nostalgie, cette béance qu'il essaie de combler comme il peut par des substituts ici ou ailleurs, mais la réponse au fond est inscrite en lui s'il consent à y descendre."




ou faire l'expérience des "grandes retrouvailles" lors d' Une thérapie divine : le pardon du 15 au 17 novembre prochain (il reste des places)


Ces deux sessions sont sur le principe de l'offrande libre.

58 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page