top of page

Lettre n°208 - Ouvre moi les portes



« Ouvre moi les portes de la pénitence, Ô toi qui donne la vie!»

Antienne de Carême



Gorze, février 2024


Chers amis,


Nous entrons dans le temps du carême. Aussi est-ce intéressant de se poser la question: Qu’est-ce que le carême ?


Carême vient du latin « quadragésima » qui veut dire quarantième, c’est donc un temps de quarante jours de préparation, de maturation, d’exercice sur nous-mêmes, pour voir plus clair sur notre situation d’exilé, d’exilé de notre source ; c’est un temps pour faire retour à la source, “ techouva ” comme disent les juifs, “ metanoïa ”comme disent les grecs.  Ce sont quarante jours de conversion pour une libération, car à l’horizon, se profile la Terre Promise, celle où coulent le lait et le miel.


A l’horizon se profile la passion et la mort de notre Dieu, du Dieu-homme, de Jésus de Nazareth, fils de Marie, la femme juive, et fils du Très-Haut, du Créateur de toute chose, de toute vie, notre source. A l‘horizon se profile la mort de la mort car si Jésus, Dieu qui s’est incarné, va traverser cette passion et cette mort, ce n’est pas par amour de la souffrance, par masochisme mais c’est pour la vaincre et ressusciter des morts et, si nous le voulons, nous avec Lui !


Si nous le voulons, car nous sommes libres, ne l’oublions pas. Il n’y a rien d’automatique avec Dieu, avec lui, nous ne sommes jamais forcés à quoique ce soit ! Nous voilà donc face à une offre de Dieu, de notre source, et cette offre est une possibilité de sortir de l’exil, de sortir de l’Egypte intérieure, si nous le voulons, si nous le décidons, si nous en prenons les moyens pour passer de la mort à la Vie. Je mets devant toi la vie et la mort, choisis la Vie nous dit le Seigneur. C’est donc dans nos mains.


Mais avant d’aller plus loin, je voudrais réajuster une pensée fort répandue en Occident, et que je ne voudrais pas induire ou conforter dans les propos que je viens de prononcer. C’est l’idée qui veut que Jésus se soit incarné parce qu’il fallait nous sauver de la mort ! Non, le projet de Dieu, à l’origine, au commencement, dans le Principe, était de s’incarner, de s’incarner quoiqu’il advienne.


Aimant tellement sa créature, il a voulu, de toute éternité, vivre la vie de sa créature, il a toujours voulu l’épouser, Lui qui l’a façonné à son image et vers sa ressemblance. Son incarnation n’intervient donc pas parce qu’il y a eu la rupture, la chute, l’exil. Son incarnation aurait eu lieu de toute façon, c’est son projet depuis l’origine, c’est un geste d’amour fou et gratuit.


Autrement dit, Dieu n’est pas un garagiste qui vient réparer l’humanité ! c’est un amant qui entre dans la chambre nuptiale. Notre incarnation, notre corps, notre monde est pour Dieu une chambre nuptiale !


Bien sûr il y a eu ce qu’on appelle improprement la chute, en fait la rupture entre avec Lui, mais Dieu ne remit pas pour autant son projet en cause ! la fiancée était certes moins belle depuis l’exil, mais il l’aimait et comme Dieu est infini, son amour est infini. C’est pourquoi à partir de son projet d’incarnation, il alla jusqu’à celui d’aller mourir avec l’humanité, puisqu’elle avait fait ce choix, pour ressusciter, et donc pour la ressusciter, avec lui et en Lui. C’est important de garder cela dans notre cœur pendant ce temps de carême.


Moïse traverse la mer rouge avec le peuple hébreux icône copte
Traversée de la mer rouge, icône copte

Mais revenons au sens du mot carême :

 

quarante jours comme les quarante jours et quarante nuits pendant lesquels Dieu purifie et renouvelle le monde par les eaux du déluge, avant de conclure l’alliance avec Noé;

 

quarante jours comme les quarante ans des hébreux dans le désert à la sortie d’Egypte avant d’atteindre la Terre promise; quarante jours comme les quarante jours et nuits où Moïse demeura, seul, sur la montagne du Sinaï pour recevoir les Préceptes divins, les dix Commandements;

 

quarante jours et nuits pour le prophète Elie, lui aussi sur la montagne, avant d’entendre le bruit d’un silence subtil dans lequel Dieu passe près de lui ;

 

et puis dans quarante jours Ninive sera détruite annonce le prophète Jonas, mais les ninivites se retournent et jeûnent pendant quarante jours… et Dieu pardonne;

 

enfin quarante jours comme les quarante jours du Christ dans le désert après son baptême dans le Jourdain ; mais ici l’événement, contrairement à tous les événements que je viens d’évoquer, a précédé le jeûne, car dans tous les autres cas l’homme montait vers Dieu, alors qu’ici, dans la baptême du Christ dans le Jourdain, Dieu descend vers l’homme et lui indique le chemin.

 

Quarante, chiffre de plénitude, d’accomplissement, de maturation, d‘achèvement ; c‘est sur ce modèle des quarante jours du Seigneur au désert que l‘on prépara pendant quarante jours les catéchumènes au baptême qui avait lieu le jour de Pâques ; et si aujourd’hui on baptise trop rarement à Pâques, Pâques reste le renouvellement ou plutôt la ré-actualisation de notre baptême et cette réactualisation de notre baptême, nous la préparons par cette sainte quarantaine, ce carême, dîme de l’année que l’on offre à notre Dieu.

 

Bon et joyeux carême ! Belle libération ! 


Avec toute mon affection en Christ


Père Pascal

 


 

Prière


                              Ô Seigneur, daigne nous accorder les dons du Saint-Esprit, afin que nous connaissions Ta Gloire et que nous vivions sur terre dans la paix et dans l’amour, afin qu’il n’y ait ni haine, ni guerre, ni ennemis, mais que seul règne l’amour. Ainsi on n’aura plus besoin ni d’armées ni de prisons, et, pour tous, il sera facile de vivre sur terre.        

Saint Silouane l’Athonite (1866-1938)

 



 

Texte à méditer


Si tous les hommes se repentaient et gardaient les commandements divins, alors le Paradis serait sur terre, car le " Royaume Dieu est au-dedans de nous ". Le Royaume de Dieu, c'est le Saint-Esprit, et le Saint-Esprit est le même au Ciel et sur la terre.

 

Saint Silouane l’Athonite (1866-1938)

 



45 vues

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page