top of page

Lettre n°206



Gorze, Décembre 2023

Chers amis,


Voici le temps des illuminations dans les rues de nos villes, des sapins enrubannés de guirlandes, des magasins regorgeant de victuailles… voilà la manière dont notre monde, monde sans Dieu ou dans le meilleur des cas indifférent à Dieu, célèbre, inconsciemment ou souvent un peu malgré lui, l’irruption de La Lumière dans un monde assis dans les ténèbres et l’ombre de la mort.

 

De la même façon, par de la musique un peu partout, des chansons sans rapport avec l’évènement ou alors parfois un peu surannées, le monde figure, sans le savoir, le chœur des anges entendus par les bergers, la sublime musique angélique, celle que nous ne cessons de chercher mais aussi souvent de défigurer, sauf à de rares exceptions que je vous laisse nommer.

On peut voir dans tout cela une caricature, la perte de la foi, l’agonie du christianisme, c’est vrai ! mais on peut y voir aussi… l’humour de l’Esprit Saint qui rentre par la fenêtre lorsqu’on l’a mis à la porte !

 

Il faut dire à la décharge de notre monde que l’événement est inconcevable s’il ne nous est pas révélé ! Le Verbe s’est fait chair et Il a habité parmi nous et nous avons contemplé Sa gloire !  Mais qu’est-ce que ça veut dire ? Déjà… le Verbe ! certes nous entendons chaque année à l’Eglise cette expression dans le prologue de l’Evangile selon saint Jean : Dans le principe était le Verbe et le Verbe était tourné vers Dieu et le Verbe était Dieu.



Le Verbe était Dieu ! …Est-ce qu’on est beaucoup plus avancé ? En vérité non si l’on n’a pas fait l’expérience intérieure de saint Jean ! Aussi je vous propose pour entrevoir le Verbe qui est Dieu de mettre les pas de notre expérience spirituelle dans ceux de saint Grégoire de Nazianze, un poète et un mystique du 4e siècle, un Père de l’Eglise :  

 

Ô Toi l'au-delà de tout, comment t'appeler d'un autre nom ? Quel hymne peut te chanter ? Aucun mot ne t'exprime. Quel esprit peut te saisir ? Nulle intelligence ne te conçoit. Seul, tu es ineffable ; tout ce qui se dit est sorti de toi. Seul, tu es inconnaissable ; tout ce qui se pense est sorti de toi. Tous les êtres te célèbrent, ceux qui parlent et ceux qui sont muets.

 

Tous les êtres te rendent hommage, ceux qui pensent comme ceux qui ne pensent pas. L'universel désir, le gémissement de tous aspire vers toi. Tout ce qui existe te prie et vers toi tout être qui sait lire ton univers fait monter un hymne de silence… Tu es chacun et tu n'es aucun. Tu n'es pas un être seul, tu n'es pas l'ensemble : Tu as tous les noms, comment t'appellerai-je ? … Aie pitié, ô Toi, l'au-delà de tout ; comment t'appeler d'un autre nom ?

 

On sent bien ici le désarroi du poète ! le mystique a fait l’expérience de l’au-delà de tout mais comment l’exprimer ? Ce ne sont pas les concepts, ni le mental qui nous ouvrent les portes de Dieu, du Verbe, mais justement la sortie des concepts, la sortie du mental pour entrer dans un Silence d’émerveillement, de contemplation : ton univers fait monter un hymne de silence ! finit-il par dire ! 

 

C’est donc le Verbe… du Silence qui s’est fait chair ! La chair ! Que n’a-t-on pas fait dire aux chrétiens, à l’Eglise, à saint Paul surtout à propos de la chair ! Pourtant le Verbe de Dieu s’est fait chair …et nous célébrons, nous chrétiens, cet évènement avec faste et dans la joie ! Pour des gens supposés avoir des problèmes avec la chair quel paradoxe ! En fait ce qui est important pour nous ici, c’est de sortir du dualisme platonicien dans lequel on nous a enfermé et qui imprègne notre pensée, notre expression, notre lecture même de la Bible !

 

Le Verbe ne s’est pas fait corps seulement ! Il ne s’est pas fait âme seulement !  Il s’est fait chair ! Il y a dans ce mot de chair, tel qu’il est employé dans l’Evangile, la totalité de la créature. La chair c’est la créature en face du Créateur ! Et le Verbe, le Créateur, s’est fait homme, homme tout entier ! Il s’est fait chair sans aucun faux semblant ! Il est le nouvel Adam !

 

La fête de Noël c’est une fête de la rencontre du Créateur avec sa créature ! Plus qu’une rencontre d’ailleurs, ce sont des épousailles entre le Créateur et la créature, entre la Lumière qui nous a créés et une humanité, une créature, qui s’est enfoncée dans les ténèbres, s’éloignant toujours plus de la Lumière créatrice. Cependant la Lumière ne l’a jamais oublié, elle ne l’a pas abandonnée !

 

Fondamentalement, dans le Principe, nous avons été créés « lumière » par la Lumière. C’est un enseignement que l’Eglise nous donne notamment en situant cette fête au moment même où la lumière monte à nouveau dans le cosmos, la création est une Bible, une révélation, ne l’oublions pas ! Dieu y parle, et le Verbe qui l’a créé nous manifeste ainsi qu’Il habite parmi nous et qu’Il nous montre Sa gloire !

 

Et nous avons contemplé Sa Gloire ! Gloire certes encore cachée à nos yeux ! Elle fut un instant dévoilée aux bergers et aux mages, aux humbles contemplatifs et aux chercheurs. Mais gloire qui nous est possible de contempler depuis deux mille ans, même si elle est encore tellement cachée à notre expérience ! Puissions-nous être à la fois des bergers et des mages, des humbles et des chercheurs, des hommes de silence et des hommes du Verbe !

 

Aujourd’hui, le mystère est toujours là devant nous ! ne nous laissons pas trop vite happés à nouveau par les ténèbres qui nous entourent et qui s’épaississent, ténèbres qui sont d’abord en nous ! mais au milieu d’elles laissons surgir, encore et encore, la Lumière du Verbe Créateur qui s’est chair et qui habite parmi nous !

 

A tous, joyeuses fêtes et célébrations de Noël !

 

Avec toute mon affection en Christ


Père Pascal




 

Prière


Accorde-moi, Seigneur, d’accueillir dans la paix le jour qui se lève ; aide-moi en toute choses à m’appuyer sur Ta sainte volonté ; à chaque heure du jour, révèle-moi quelle est Ta volonté.

 

Bénis mon comportement avec mon entourage ;

 

Apprends-moi à accepter d’une âme sereine, tout ce qui adviendra au cours de la journée et donne-moi la conviction profonde que rien n’arrive qui ne soit avec ton agrément.

 

Guide mes pensées et mes sentiments dans toutes mes paroles et toutes mes actions. Apprends-moi à agir avec fermeté et sagesse, sans provoquer d’amertume ou de gêne chez les autres.

 

Donne-moi la force de supporter toutes les fatigues de cette journée et tout ce qu’elle apportera ; dirige ma volonté.

 

Apprends-moi à prier, prie Toi-même en moi. Amen

       

 

Saint Philarète, métropolite de Moscou (1782-1867) 

 

 

Texte à méditer


Ce qui caractérise fondamentalement la bénédiction de Jésus, c’est qu’Il est avec nous : il s’agit de l’étymologie même de son nom « Emmanuel ». Par là commence et se termine l’Evangile de saint Matthieu, comme un arc tendu qui ramasse et donne sens à tout le contenu. Peut-il y avoir une plus grande bénédiction que de voir le Visage de Dieu parmi nous ? Jésus bénit par sa simple Présence.

 

Père Alphonse Goettmann (1935-2020)


 



72 vues

Posts récents

Voir tout
bottom of page